Christiane Meunier-Clisson, artiste-peintre 

Christiane Meunier-Clisson, artiste-peintre

Artiste-peintre, Madame Christiane Meunier-Clisson utilise différentes techniques : le pastel, l'aquarelle, la peinture à l'huile et la laque sur bois d'okoumé. Cette technique est également celle qu'elle utilise pour la confection de grands paravents de trois à quatre panneaux. Le thème de la nature, et plus particulièrement celui de la forêt est récurrent dans ses oeuvres ; en particulier, on retrouve tout l'univers de la forêt de Fontainebleau dans nombre de ses tableaux. La mer, l'océan, la campagne, les oiseaux, les fleurs sont également des éléments très présents. Madame Christiane Meunier-Clisson a participé à de nombreuses expositions, tant en France qu\à l'étranger. meunier-clisson christiane, christiane meunier-clisson, artiste, peintre, peinture, tableau, exposition, nature, forêt, arbre, fleur, oiseau, paysage, laque, aquarelle, huile, pastel, mer, océan, paravent, Fontainebleau
Huiles
Huiles
Pastels
Pastels
Laques
Laques
Aquarelles
Aquarelles
Actualité
Actualité
Christiane Meunier-Clisson
Christiane Meunier-Clisson
contact
english
Accueil Accueil
Accueil
livre d'or livre d'or
L'art du laque est l'art d'une matière et d'un métier. Les laques éveillent chez leurs observateurs plusieurs modes de perception - une perception très sensuelle de la richesse de cela qui brille et reflète. la joie des yeux est très primesautière aussi ; c'est une joie naïve que celle qui se plaît à l'éclat lumineux des formes polies, à ces miroitements que tout mouvement y crée, à ces feux intérieurs comme ceux du diament.

La première vue donne le sentiment de la somptuosité, de la perfection et d'une fragilité tout à la fois. À ce sentiment succède aussitôt celui, plus ou moin confus, du MYSTÈRE.

Le laque a les prévenances de ce qui peut être méprisé mais pas altéré, rayé mais pas dégradé, détruit mais pas corrompu.
Sa transparance, son opalescence, sa profondeur confèrent une paix au contemplateur et le fait accéder à la POÉSIE.

Extrait d'une préface
de Bernard Dunand (Maître laqueur)